top of page
Rechercher

Le "détachement", une clé de liberté et de paix intérieure

Dernière mise à jour : 25 oct. 2023





LE DÉTACHEMENT


Apprendre le détachement est l’une des choses les plus difficiles qui soient.


Nous résistons parce que nous avons peur de perdre l’objet de notre attachement.


Nous voulons que les choses se passent à notre façon, que les autres agissent comme nous le voudrions, que notre vie se déroule comme nous l’avions planifiée.


Et chaque fois que nous résistons, nous souffrons un peu plus.


Apprivoisons donc le détachement.


Apprendre à nous détacher des résultats de nos efforts, du dénouement de nos attentes, de la réponse de l’autre à nos demandes est un grand exercice de confiance envers la Vie, d’ouverture du cœur et d’acceptation.


Le détachement, ce n’est pas s’éloigner des autres pour ne pas vivre de l’attachement.


Ce n’est pas non plus être indifférent à ce qui arrive comme résultats de nos attentes.


C’est plutôt rester ouvert à ce qui arrivera, peu importe les résultats.


C’est accepter de composer avec ce que la Vie met sur notre chemin, sachant que c’est pour notre bien.


C’est savoir que nous traverserons le pont une fois rendus à la rivière.


C’est faire les efforts nécessaires pour obtenir la réalisation d’un projet, mais aussi accepter que le résultat puisse être différent de nos attentes, et faire avec.


C’est aimer l’autre en offrant tout notre amour, tout en reconnaissant que l’autre puisse aimer de manière différente que ce que nous souhaitions.


C’est s’aimer soi, même les imperfections, en sachant qu’on ne peut rien améliorer si on ne s’accepte pas totalement en premier lieu.


C’est vivre en faisant de son mieux, en donnant son maximum tout en sachant que parfois nous aurons du succès, et parfois non ; parfois nous serons reconnus et parfois, non ; parfois nous serons aimés, et parfois non.


Le détachement, c’est notre détermination à être libre et c’est un grand anti-stress !


C’est avoir la conviction profonde que tout est parfait, peu importe ce qui arrive.

C’est surtout porteur d’une grande paix intérieure.


Gilles Richard




DÉTACHEMENT ET INDIFFÉRENCE


La différence entre le détachement et l'indifférence, c'est la qualité de l'investissement émotionnel.


Cette différence est fondamentale.


Imaginons une personne qui tombe. Quelqu'un qui est indifférent passera son chemin sans en être affecté.


Une personne qui a atteint le détachement spirituel ne sera également pas affectée, mais ira aider cette personne.


L'indifférence, c'est ne pas être concerné par ce que vit l'autre, c'est ne pas s'impliquer dans son vécu, c'est le « rien à faire » de ce que vit l'autre, sa vie ne m'intéresse pas, je ne parle que de moi.


Le détachement émotionnel est une absence d'émotions négatives humaines, pourtant certainement pas un manque de compassion et d'amour pour son prochain.


Être détaché de tout est l'une des clés les plus importantes du bonheur et de l'équilibre, il n'y a plus aucune attente, ni d'être aimé, ni d'être reconnu.


Le détachement, sous toutes ses formes, apporte la plénitude de l'esprit. Celui qui donne sa confiance de tout son cœur au Divin est peu affecté par les aléas de l'existence, et ainsi il ne souffre pas.


Le détachement, c'est ne pas donner plus d'importance aux événements qu'il n'en faut, c'est conserver sa liberté de penser, d'être, quelles que soient les influences extérieures.


Monique Damel




EN CONCLUSION


Je n'ai pas grand chose à ajouter à ces deux textes qui parlent d'eux-mêmes.


Pour ma part, j'ai un Chemin de Vie 7 (en numérologie) et ce chemin est notamment fait de deuils, de détachements et de lâcher-prises successifs.

C'est un chemin difficile et souffrant, vous vous en doutez, et comme un tas d'autres Chemins de Vie bien sûr... mais une fois qu'on en comprend les enjeux, et qu'on sait qu'on a choisi ce chemin pour faire grandir notre âme, tout prend alors un sens.


Me détacher ne veut donc bien sûr pas dire "être indifférente".

Je suis un être extrêmement sensible, passionné, avec un cœur de plus en plus ouvert chaque jour. Mais aujourd'hui, je parviens à vivre la plupart des événements de ma vie avec plus de douceur, de lâcher prise et de détachement.

Je ne dis pas que c'est facile, je ne dis pas que j'y arrive tout le temps et dans chaque circonstance... mais aujourd'hui, je suis convaincue que tout a une raison d'être, que tout a un sens et cela m'aide à prendre du recul ! Il faut bien sûr parfois du temps pour dégager le sens de chaque événement, je m'y attèle donc dès que mes émotions sont apaisées.


Et je reste bien évidemment touchée (parfois triste, en colère) par ce qu'il se passe autour de moi, que ce soit me concernant, mes proches ou dans le Monde.


Aujourd'hui, par rapport à l'autre, je suis aussi davantage dans la compassion. Je fais mon possible pour être présente et accompagner l'être qui en a besoin et le souhaite, en me laissant moins envahir par ses émotions. J'ai également lâché le "côté sauveur" ! Je parviens de plus en plus à faire la part des choses entre mes ressentis et ceux de l'autre, entre mon Chemin et celui de l'autre, entre ce qui m'appartient et ce qui appartient à l'autre, et entre les choses sur lesquelles je peux agir et celles sur lesquelles je ne peux pas. Cela nous ramène donc encore une fois à la difficulté de lâcher prise ; lisez ici si besoin!


Grâce à ce chemin de détachement, j'ai cette impression de ne plus me noyer dans mes émotions, et en tout cas beaucoup moins longtemps, et d'être plus efficace et utile car je ne m'abîme plus la santé en prenant toutes les énergies et émotions des autres. Cela me permet la plupart du temps de tenir sur la longueur plus ancrée, reliée et sereine.



Géraldine

www.geraldineredoute.com

Consultations Uccle - Ixelles



32 vues0 commentaire

コメント


bottom of page