top of page
Rechercher

La théorie du miroir dans nos relations aux autres

Dernière mise à jour : 31 mai




La théorie du miroir veut que les personnes que nous rencontrons nous renvoient notre reflet. Cette théorie nous aide à prendre conscience de la personne que l'on est réellement.


C’est dans toutes les relations que cela se joue : parents/enfants, frères/sœurs, en couple, entre amis.



CE QUI M'AGACE CHEZ L'AUTRE EST DEJA EN MOI


Avez-vous déjà entendu l’expression disant que ce qui nous énerve le plus chez les autres, ce sont nos propres défauts ? Ou encore que ce qu’on admire le plus chez l’autre, on l’a déjà en nous et ne demande qu’à être développé ?


Apprendre à se voir à travers les autres nous permettrait-il donc de grandir et d’évoluer ?


Lorsque les défauts des autres nous agacent, il est évidemment compliqué de se dire qu’en réalité, nous faisons face à nous-même. Nous ne voulons pas et nous ne pouvons pas être comme ça ! Et pourtant, notre interlocuteur nous renvoie bien inconsciemment notre reflet. Et nous préférons souvent essayer de faire changer l'autre plutôt que de prendre cela comme un moyen de nous améliorer.

Pire encore, il nous arrive souvent de rejeter ce qui nous énerve, nous embarrasse ou nous met mal à l'aise chez notre interlocuteur, mais cela ne règle pas le problème de fond, qui va bien évidemment ressurgir alors que nous sommes en lien avec d'autres personnes.




SE DECOUVRIR A TRAVERS L'AUTRE


Nous devons bien comprendre que ce qui nous irrite chez les autres n'est pas forcément un comportement précis, mais se trouve plutôt au niveau de l'être. C'est parfois un trait particulier que nous avons appris à contrôler pour ne pas le laisser paraître en société mais qui, s'il nous énerve chez les autres, est encore plus visible sur notre propre personne sans que nous ne nous en rendions compte.


Ou encore, le trait qui nous agace chez l’autre pourrait bien être quelque chose que nous souhaiterions développer ou devrions développer, cela vous parle ? 😉


Plutôt que d'essayer de contrôler ces aspects que nous n'aimons pas chez les autres et encore moins chez nous, le premier pas consiste à apprendre à les accepter.


Pour cela, nous devons d'abord en prendre conscience, et découvrir ce qu'ils peuvent nous apporter de positif afin de profiter de leurs bons côtés. Lorsque nous serons réconciliés avec ces traits chez nous, nous les apprécierons aussi chez les autres, ce qui nous aidera à avoir un rapport apaisé à nous-même et aux autres.


Nous avons tous des qualités et des défauts, c'est bien normal, nous sommes humains, parfaitement imparfaits ! Mais plus nous encensons les qualités, plus les défauts nous semblent malfaisants, ce qui est bien sûr absurde et contre-productif.

Et si nous cachons ces défauts, c'est bien parce que nous pensons que cela nous rend meilleurs. Nous estimons qu'aller contre notre nature nous est bénéfique, mais cela génère en réalité de la souffrance : nier notre nature profonde nous fait du mal car cela signifie que nous ne nous aimons pas intégralement et inconditionnellement. C'est bien pour cela que nous n'acceptons pas ces défauts que nous voyons chez les autres : ils nous renvoient à la souffrance que nous vivons.


S'accepter et s'accueillir est donc primordial pour mettre fin aux souffrances. Nous avons tous peur d'être jugés, rejetés, laissés de côté, d'être ridicules, mais s'accepter, c'est aussi apprendre à dépasser ses peurs et vivre plus sereinement.




ACCEPTER SES PEURS


Y a-t-il quelque chose qui vous dérange ou vous met mal à l'aise chez votre partenaire ? Votre enfant ?

Ne pensez pas à un comportement précis, mais plutôt à une façon d'être. Cet aspect qui vous dérange est aussi présent chez vous, et c'est quelque chose qui apparaît par rapport à vous-même ou par rapport aux autres. Dès que vous avez découvert ce trait, essayez de creuser et de découvrir la peur qui vous empêche de faire apparaître ce trait au grand jour. Essayez aussi de vous souvenir d'une situation dans laquelle ce trait de personnalité est ressorti chez vous : cela vous aidera à comprendre ce qui le déclenche, mais aussi à comprendre que les autres personnes n'ont pas cette manière d'être uniquement pour vous énerver, mais bien pour vous faire grandir et évoluer.


Par exemple, en couple, on peut reprocher à ses partenaires successifs de ne pas vouloir s'engager, d'être immatures et de prendre leurs distances au moment où la relation se fait plus profonde. En conséquence de quoi on s'accroche à eux, on ne veut pas être abandonné : ce faisant, on adopte soi-même un comportement immature, mais sans en avoir conscience. Il est alors important de comprendre cette peur et la motivation sous-jacente (besoin d'être sécurisé, par exemple). Une fois que l'on comprend cela, on se rend compte de ce qui occasionne nos propres actions, et on apprend à savoir mieux se suffire à soi-même, c'est un chemin !


D'une certaine façon, ce qui nous irrite lorsque nous voyons chez les autres des façons d'être qui sont en réalité les nôtres, c'est que ces personnes se permettent d'être pleinement elles-mêmes, alors que nos peurs nous tirent en arrière.



En résumé, rappelons-nous que c'est notre ego (nos peurs et nos blessures d'enfant) qui nous manipule et nous empêche de toucher à notre lumière.

Donnons du sens à ce qui nous arrive et nous challenge car c'est cela qui nous permet d'avancer.

Ensuite, gardons ou retrouvons confiance, sortons du déni pour accueillir le respect de l'autre et de soi et prenons nos responsabilités.




DEVENIR MEILLEUR PASSE DONC D'ABORD PAR L'ACCEPTATION


Pour pouvoir commencer à changer, il nous faut d’abord accepter ce qui est présent en nous et sur lequel nous fermons les yeux. Ainsi, la prochaine fois que votre interlocuteur aura une façon d'être qui vous énerve ou génère une émotion particulière en vous, demandez-vous ce qui se cache sous cette sensation/émotion, et si ce n'est pas là l'occasion de grandir.


Est-ce une attitude que je « pratique » parfois ?

Est-ce une attitude que j’aimerais adopter ou que devrais essayer d’adopter/de développer ?


Par exemple : si l’égoïsme de quelqu’un vous irrite profondément, ne serait-ce pas parce que vous pensez trop à l’autre et pas suffisamment à vous ? L’idée n’étant bien sûr pas de devenir égoïste à votre tour, mais de tendre vers un juste milieu, n'est-ce pas ?

Et si vous êtes agacé par quelqu’un qui se priorise et se respecte avant tout, ne serait-ce pas parce que vous devriez justement davantage vous prioriser et vous respecter ?


Et puis rappelons-nous aussi que ce que nous admirons chez l’autre est déjà en nous... et ne demande qu’à se développer 😊 ! Réfléchissez-y...




QUEL EST DONC LE CHEMIN ?


Nous agissons en miroir, l’autre nous reflète une partie de nous, tant dans l’ombre que dans la lumière !

Gardons en tête que toutes nos relations viennent nous renvoyer ce que nous devons apprendre et transcender : nos peurs d’être rejeté, humilié, trahi, abandonné, renié... peur de ne pas être à la hauteur, peur de ne pas mériter mieux, peur d’aimer et d’être aimé. Nos relations viennent donc également challenger toutes nos croyances, pour la plupart fausses, qui nous ont été inculquées.


Et si l’enjeu était donc principalement de rouvrir son cœur d’abord sur Soi ?

Aimer ses ombres et sa lumière car tout fait partie intégrante de l’être parfait que nous sommes ?

Ce n’est pas l’amour qui fait mal, mais bien le manque d’amour... alors, s’aimer inconditionnellement est le premier pas.

Se prioriser et se respecter, pour ensuite parvenir à un juste équilibre avec l’autre, quel qu’il soit.


Le chemin, c'est d'abord vers Soi...



Géraldine Redouté

www.geraldineredoute.com

Consultations Uccle - Ixelles

61 vues0 commentaire

Comments


bottom of page